La nutrition sous-optimale est responsable de 10,9 millions de décès, soit environ 22% de la mortalité mondiale en 2017.