Un grand pas en avant pour dépister de façon précoce les cancers


 

Patrizia Paterlini-Bréchot,

inventrice de la machine Iset

qui permet de détecter des tumeurs

à un stade très précoce.


 

Plus de vidéos de Patrizia Paterlini


Capture d’écran 2015-02-01 à 22.01.01


Capture d’écran 2015-01-22 à 15.04.05


Conseils de lecture


        

Commentaires

  1. aleas Répondre

    Bonjour,
    De la même façon que l’on pourrait tester l’efficacité d’un traitement classique (chimio,rayons) pourrait on tester d’autres formes de traitement (y compris des ttt experimentaux)?

  2. jesuisnicko Répondre

    ma question est « les habitants de france du 1er millénaire avait il des cancers et si oui lesquel » merci vv

  3. Vévé Répondre

    Questions de Mario:
    J’ai plusieurs questions, qui pourra acquérir cette machine ? Qu’ elle sera le coût de la détection pour un patient ? Une question qui se rapporte à la première, y aura t’il un accord avec la secu ou est-ce que ça restera dans le privé ?

  4. Vévé Répondre

    Val Kyrie: Le diagnostique se fera sous quelles conditions : l’âge du patient, les antécédents familiaux,…?
    Sur simple demande du patient le dépistage sera possible?..ça va être la ruée vers le dépistage..

  5. xProuzzer Répondre

    Salut VV,

    Peut-être que tu prévoyais déjà de poser certaines d’entre elles, mais j’aimerais si possible que tu poses à Mme Patrizia Paterlini-Bréchot les questions suivantes :

    – A t-elle connaissance des travaux de « traitement préventif du cancer » du Dr André Gernez ?
    – Si oui, qu’en pense elle ?

    – A t-elle une préconisation alimentaire (ou supplément-aire) pour prévenir l’apparition d’un cancer ?

    – A t-elle une préconisation alimentaire (ou supplément-aire) pour traiter un cancer déclaré ?

    – Que pense t-elle du traitement du cancer utilisant le protocole d’injection intraveineuse à haute dose de vitamine C ?

    – Que pense t-elle plus généralement des bienfaits de la vitamine C sur la prévention du cancer ?

    – Est-ce qu’un média dans lequel elle aurait souhaiter parler de son invention lui a déjà refusé une interview ?
    – Si oui, lequel ? et quelle pourrait en être la raison selon elle ?

    – Si l’opportunité se présente, envisage t-elle céder les brevets de son invention aux sociétés les plus offrantes pour (grâce au pactole obtenu) se prendre une retraite dorée aux caraïbes en n’ayant plus rien à faire de la manière dont sa machine ISET sera (ou non) utilisée dans la société ? (Oups ! je retire cette question)

    – Que pense t-elle du « jeun » en traitement du cancer ?

    – Quel est son avis général par rapport à « l’efficacité » du traitement du cancer par la chimiothérapie ?

    – Si son invention se développe assez pour que les pouvoirs publiques la rende disponible dans la majorité des centres médicaux, à quelle fréquence (régularité) optimale préconise t-elle que les gens aillent se faire dépister avec ?

    – Il parait que les cancers se développent essentiellement sur des « terrains » enflammés. Donc, pourrait-elle nous expliquer les principales causes d’une inflammation ?

    – Pourrait-elle (dans la foulée) expliquer le plus simplement possible, ce qu’est une inflammation ?

    – Pourrait-elle expliquer le plus simplement possible, ce qu’est une cellule « cancéreuse » par rapport à une cellule « normale » ?

    – Pourrait-elle expliquer le plus simplement possible, la raison biologique de l’apparition (et de développement) d’une cellule cancéreuse (ou tumorale) ?

    – Pourquoi rigole t-elle si souvent sans raison ? (Oups ! décidément…)

    – Au fait, pourrait-elle rappeler quelle est la fiabilité du test (en pourcentage) via sa machine ? (càd sa capacité à être « certain » qu’un cancer se développe réellement quelque part dans notre organisme, dès lors que sa machine aura dit « Oui. Le patient a quelque chose »)

    – Contrairement au test de séropositivité (VIH), est-ce que son test est DE QUELQUE MANIÈRE QUI SOIT, susceptible d’être assujetti, d’être vulnérable, ou encore de dépendre de facteurs normatifs, politiques, environnementaux, gouvernementaux, etc ? (Pour rappel, un « même » individu peut par exemple être déclaré séropositif en France ET séronégatif en Australie… ou inversement mais ça revient au même)

    – Si elle n’avait pas pu créer une société pour auto-promouvoir sa machine de test, pense t-elle que les pouvoirs publiques (sensés « aspirer à guérir leurs citoyens ») auraient pris la peine de développer et distribuer son invention afin de la rendre bénéfique au plus grand public ?
    – Si non, pourquoi ? à son avis.
    – Si oui, bah… « tant mieux pour elle » j’ai envie de dire.

    – Forte de toutes les compétences et de toute l’expérience qu’elle a accumulé, si elle pouvait nous donner ses conseils les plus efficaces pour prévenir (ou/et pour guérir) le cancer, quels seraient-ils ?

    Bon, je vais m’arrêter là parce qu’à la base, j’étais venu pour poster UNE question. 😉

    D’avance merci si tu arrives à lui poser nos questions, et merci d’avoir pris l’initiative d’interviewer cette inventrice. Cette démarche s’inscrit parfaitement dans ce qu’un internaute comme moi peut attendre de toi. Si je puis dire, tu es totalement dans ton « cœur de métier » là.

  6. Morgane Lafée Répondre

    Bonjour,
    Je souhaiterais savoir si ces test savent faire la différence entre les cellules cancéreuses «  »actives » et les cellules cancéreuses « dormantes ». Je souhaiterais aussi savoir si les laboratoires pharmaceutiques font pression pour stopper vos recherches ou si au contraire ils investissent. D’avance merci pour votre réponse et bon courage dans vos recherches. Bien cordialement.

  7. clément Répondre

    Votre »machine » est-elle en qlq sorte dans la continuité des constatations émises par le dr André Gernez sur le cancer (courbe de collins) ? et envisagez vous d’élargir vos travaux sur d’éventuels traitement applicable une fois le cancer précoce détécté? D’aillleurs , un cancer détecté tres tot vat-il obligatoirement croitre, ou bien peut « s’auto-éradiquer » ? Merci pour vos futurs réponses et big up a Vv pour tes vidéos toujours pertinentes

  8. Wendy Répondre

    Huile de cannabis sauver mon père d’un cancer

    Mon père a été diagnostiqué du cancer de la prostate mars 2012 et jamais depuis lors, nous avons fait une chimiothérapie 3 fois mais le cancer reviennent. Il y a quelques mois, que j’ai entendu parler de cannabis huile et son effet curatif et j’ai acheté le cannabis huile du centre de cancérologie en envoyant un e-mail londoncancercentre@gmail.com et mon père a commencé le traitement à l’huile huile médicaments immédiatement avec l’huile de cannabis, après à l’aide de l’huile de cannabis pour traitement à l’heure prévue prescrit par le centre, il y a guérison totale et transformation dans son état de santé et que j’écris maintenant mon père peut marcher autour de la maison par lui-même sans le soutien de Londres de n’importe qui et sortir à tout moment qu’il choisit. Gens là-bas qui sont patient atteint de cancer, avec de l’huile de cannabis que votre cancer peut être guéri.

    Wendy Nada

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *