Un couple a obtenu le droit de conserver le sang du cordon de leur bébé.

.

Le tribunal de grande instance de Grasse (Alpes-Maritimes) vient d’autoriser des parents, Aurélie et Pierre, à conserver le sang du cordon ombilical de leur bébé. Car celui-ci est riche en (précieuses) cellules souches et ils espèrent que les progrès de la médecine lui permettront un jour de s’en servir, « au cas où » l’enfant développerait une maladie grave.

« C’est la première fois que la justice autorise une conservation par anticipation », se réjouit leur avocat, Me Emmanuel Ludot. En France, il est possible de faire un don de sang de cordon mais la préservation à des fins privées est interdite.

« Les cellules souches du cordon peuvent être prélevées dans un cercle familial, si un frère ou une soeur souffre par exemple d’une leucémie, mais jamais pour soi-même », rappelle le professeur Ibrahim Yakoub-Agha, responsable des greffes au CHU de Lille.

Pourquoi cette exception ?

Le père de sa maman est décédé d’un cancer du pancréas en 2010. Sa grand-mère paternelle a, elle aussi, été emportée par un double cancer, du pancréas et du foie. Quant à son papa, il souffre de pathologies héréditaires lourdes.

Sources

La conservation du sang de cordon en France face à la liberté des parents

Ils en parlent sur le web

    .

    Commentaires

    1. René Langlois Répondre

      Pourquoi pas ? Ici à Tahiti on enterre la totale au pied d’un nouvel arbre, généralement sur la terre familiale. J’en ai vu des pieds donnant des floraisons et des productions de fruits simplement hallucinants …. vas comprendre…. http://www.tahiti-infos.com/Enterrement-du-placenta-Le-pu-fenua–lien-entre-l-homme-et-sa-terre_a71651.html

    2. John Incapaz de Ficarcalado Répondre

      en brochette ça déboite

    3. John Incapaz de Ficarcalado Répondre

      mieux ça régénère 😉

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *