. Un chiffre pourtant considéré comme prudent par les spécialistes, qui notent que moins de 16 % des végétaux