Suite à une plainte de 15 000 patients « La pilule du cancer » jusque là interdite entre en essai clinique

.

« La pilule du cancer » contient de la phosphoéthanolamine synthétique, une molécule développée dans les années 1990 par le chimiste Gilberto Chierice de l’université de Sao Paulo. Des travaux réalisés sur des cellules cultivées en laboratoire et chez la souris ont montré que cette substance pouvait tuer les cellules cancéreuses en agissant sur le système immunitaire. Des chercheurs brésiliens de l’université de Sao Paulo ont notamment montré que cette molécule peut bloquer la progression de la leucémie chez des souris. Reste que la littérature scientifique ne conclut pas à un effet prometteur. Les effets secondaires et risques pour l’homme sont par ailleurs inconnus.


Un essai clinique sur un « médicament » controversé a été lancé ce lundi 25 Juillet 2016 au Brésil par l’Institut de cancérologie de Sao Paulo. Dix patients atteints d’un cancer ne suivant aucune thérapie vont recevoir ce traitement surnommé « la pilule du cancer » pour évaluer son efficacité. Si aucun effet secondaire grave n’est observé, un millier de patients supplémentaires seront enrôlés dans cette étude.


Une molécule au coeur d’une bataille juridique
Et pourtant, depuis 20 ans des chimistes de l’université de Sao Paulo encapsulent la molécule et la distribuent à des malades. Un petit groupe de survivants du cancer parlent même de rétablissements extraordinaires, perpétuant ainsi la réputation de remède miracle.


En juin 2014, l’université a tenté de mettre fin à ce commerce illégal. Mais plus de 15 000 patients ont porté plainte contre l’université de Sao Paulo pour continuer à recevoir leur traitement. Une bataille juridique à laquelle s’est ajoutée un jeu de lobby sur les politiques et autorités sanitaires pour faire autoriser ce traitement expérimental jamais testé chez l’homme.


Une pression qui a fini par payer. Bien que des tribunaux aient suivi l’avis de cancérologues et aient interdit l’utilisation de cette pilule, la présidente brésilienne à craquer face à la pression populaire. Acculée et affaiblie politiquement, Dilma Roussef a promulgué en avril dernier une loi permettant la fabrication, la prescription et la distribution de cette molécule. Une décision politique qui a occulté complètement la science, ont déploré de nombreux spécialistes et scientifiques opposés à la commercialisation de la « pilule du cancer ».

Sources

bbsddfgiii


qqqeedddduh

yyygffgykjh

 

  • This RSS feed URL is deprecated
    le 23 novembre 2017 à 5 h 22 min

    This RSS feed URL is deprecated, please update. New URLs can be found in the footers at https://news.google.com/news […]




 

        

Commentaires

  1. Thibuck Perlson Répondre

    Et tu y crois à ça? Moi je pense qu’il devrait faire une pillule téléguidé qui pourrait directement aller sur la boule cancéreuse et l’éliminer.

  2. Antiparasite Répondre

    Salut VV
    Ils pourraient rajouter quelques petites molécules « inoffensif » pour de gros effets secondaires et le tour est jouer ..
    Sinon VV as tu déja entendu ou étudié le protocole de la Doctoresse HULDA CLARK ?…
    Un protocole que je vais bientôt mettre en œuvre ( j’attends le nécessaire ) pour divers maux entre autres le cancer ..
    Je t’informerais des résultats 😉
    Merci pour ce que tu fais .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *