Les végétariens en moins bonne santé que les omnivores (étude statistique)


 

 

Les études de population ont montré de façon constante que notre alimentation a une influence sur la santé. Par conséquent, le but de notre étude était d’analyser les différences entre les différents groupes d’habitudes alimentaires en termes de variables liées à la santé. L’échantillon utilisé pour cette étude transversale a été prise de la Health Interview Survey autrichienne AT-SON 2006/07.

Dans une première étape, les sujets ont été appariés selon l’âge, le sexe et le statut socioéconomique (SSE). Après l’appariement, le nombre total de sujets inclus dans l’analyse était 1320 (N = 330 pour chaque forme de régime – végétarien, régime carnivore riche en fruits et légumes, régime carnivore moins riche en viande, et le régime alimentaire carnivore riche en viande).

Les analyses de variance ont été réalisées en contrôlant les facteurs de style de vie dans les domaines suivants: la santé (état de santé auto-évalué, dépréciation, nombre de maladies chroniques, risque vasculaire), les soins de santé (traitement médical, les vaccins, examens préventifs),
et la qualité de vie .
En outre, les différences concernant la présence de 18 maladies chroniques ont été analysés au moyen de tests du χ².

Dans l’ensemble,
76,4% de tous les sujets étaient des femmes.
40,0% des individus étaient moins de 30 ans,
35,4% entre 30 et 49 ans,
et 24,0% plus de 50 ans.
30,3% des sujets avaient un SSE faible,
48,8% par celui du milieu,
et 20,9% avaient un SSE élevé.

 


Notre étude a montré que les adultes autrichiens qui consomment un régime végétarien sont en moins bonne santé, en termes de cancers, d’allergies et de troubles de santé mentale (anxiété et / ou dépression), ont une qualité de vie inférieure, et nécessitent également plus de traitements médicaux.
Egalement que le régime végétarien est lié à un IMC moins élevé et une consommation d’alcool inférieur.

 

Capture d’écran 2015-02-08 à 15.18.52

Parmi les points forts de notre étude sont: la grande taille de l’échantillon, l’appariement selon l’âge, le sexe, et le contexte socio-économique, et la mesure standardisée de toutes les variables. L’autre point fort de notre étude est de prendre en compte l’influence du poids et du style de vie sur la santé, par exemple l’exercice physique et le comportement de fumer.

 

D’autres études devraient par exemple étudier l’influence des différentes habitudes alimentaires sur l’incidence de différents types de cancer. A notre connaissance, c’est la première étude jamais réalisée en Autriche pour analyser les différences en termes d’habitudes alimentaires et leur impact sur la santé. Nous admettons qu’étant donné le grand nombre de participants, il a fallu garder des questions simples, afin de couvrir le grand échantillon. Dans l’ensemble, nous pensons que nos résultats sont d’un intérêt particulier et contribuent à la connaissance scientifique existante, malgré quelques limitations concernant les causes et les effets.

 

Par conséquent, un solide programme de santé publique pour l’Autriche est nécessaire pour réduire le risque pour la santé en raison de facteurs nutritionnels. De plus, nos résultats soulignent la nécessité d’études complémentaires en Autriche, pour une analyse plus approfondie des effets sur la santé de différentes habitudes alimentaires.

 

Source/Etude

Capture d’écran 2015-02-08 à 16.26.12

 

myth

        

Commentaires

  1. Ncyncala Macnice Répondre

    Merci les gens, vous m’avez fait ma soirée avec vos commentaires…… Ptdr

  2. Frederic Rathgeber Répondre

    Ah Vv à trouver une étude à la noix pour le rassurer dans sa carnistite

  3. Julien Josse Répondre

    Il est important de noter que cette étude faite par Nathalie Burkert est le résultat de réponses subjective à des questionnaires. Je vous partage un article plus complet ici:http://www.futura-sciences.com/sante/actualites/nutrition-vegetariens-moins-bonne-sante-carnivores-53218/ et la source de l’étude là:http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0088278

  4. Nolan Lavigne Répondre

    Tu l’aimes bien pour quelle raison ? Puisque c’est une étude qui ne prouve pas ni le bienfait du régime alimentaire carné ni les méfaits du régime alimentaire végétarien. L’explication publiée par Julien Josse le montre bien, que des végétariens ne sont pas forcément en mauvaise santé à cause du végétarisme mais sont végétarien à cause de leur mauvaise santé à la base.

    De plus pour les autres publications, en tout cas pour ce que tu avais publié avec la vidéo d’Europe 1, la nutritionniste ne connait pas son sujet puisque du fer et des protéines on en trouve dans les végétaux. Pour les enfants en malnutrition par des régimes vegan, ce ne sont pas forcément les régimes qui sont en cause mais l’alimentation en elle même qui leur est apporté, tout comme il y a des tas de gens qui ont un régime carnée et qui se nourrissent mal. Etre vegan n’empèche pas de faire des erreurs, mais bien se nourrir de façon vegan ne présente aucun risque pour la santé. D’ailleurs beaucoup d’instituts de la santé et de nutrition ont affirmé que le régime vegan était parfaitement viable et ce à tout âge ou toute période de la vie.

    • Emma D'Arilinn Répondre

      ce n’est pas parce qu’on trouve des vitamines et minéraux dans les végétaux qu’on les assimile hein 😉

    • Emer Aude Répondre

      Emma D’Arilinn C’est juste, il est nécessaire de prendre en compte le terrain, les carences peuvent être parce que les aliments n’apporte pas les éléments nécessaires à l’organisme ou parce que l’organisme n’est pas capable de les assimiler. Seulement c’est valable pour tout type de régime et cela indique que l’organisme est en quelque sorte « malade » enfin dysfonctionnant ; On peut se demander si après une re-minéralisation et un peu de détox si l’organisme serait capable de les assimiler ?

    • Nolan Lavigne Répondre

      Emma D’Arilinn Et pourtant on les assimile. Prouve moi le contraire. Bizarrement beaucoup de vegans ont des bilans sanguins parfaits. Mais vas y apporte moi la preuve qu’on ne peut pas assimiler le fer et les protéines des végétaux, j’attend des sources.

    • Nolan Lavigne Répondre

      Rejordan Reisidor Je relève même pas. Mais merci de montrer l’attachement à la vie et à l’amour dont tu fais preuve, fais gaffe parce que si je fais une tentative de suicide je peux te poursuivre en justice après. Qu’est-ce qu’on s’marre.

    • Rejordan Reisidor Répondre

      Nolan Lavigne Aller j’enlève mon com de Troll, mais pour la plainte tu peut y allé car être végan c’est déjà une TS… <== Putain j'peu pas m'en empêché!! 😉

    • Nolan Lavigne Répondre

      Rejordan Reisidor Faudrait peut-être donner des arguments. Les médecins recommandent rarement d’arrêter de manger des fruits et légumes, par contre la viande rouge et le fromage.. La TS c’est le carnisme actuel qui est un suicide individuel et planétaire. Oups j’peux pas m’en empêché. 🙂

  5. Lélo Afonleson Répondre

    Les hommes préhistoriques ne devaient certainement pas manger de la viande midi et soir tous les jours ! Quand on c que la viande 2 fois par semaine c largement suffisant, et quand on vois comment tout le monde mange tout les jours et qu’elle viande !….. Il faut surtout varier, et rajouter de l’alimentation vivante

  6. Etre Ange Répondre

    C’est quoi cette absurdité ! … ça vole de plus en plus bas chez toi…. Je me retire de ta page car c’est pas la première fois que je trouve tes propos ridicule. Tchao

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *