« La pilule du cancer » contient de la phosphoéthanolamine synthétique, une molécule développée dans les années 1990 par