Nanoparticules: des traces de ces particules toxiques retrouvées dans le cerveau de citadins


.

Selon une étude publiée dans la revue PNAS, dans le cadre d’une recherche sur l’étude du cerveau, 37 cas de Britanniques et de Mexicains décédés ont révélé la présence de ces nanoparticules, issues de la pollution atmosphérique.

Les décès des 37 personnes, qui résidaient toutes en ville, ne sont pas nécessairement en lien avec la pollution.

C’est la possibilité pour ces très minces débris, de l’ordre du milliardième de mètre, de pouvoir remonter jusqu’à l’intérieur de notre boîte crânienne qui interpelle.

 

Ils en parlent sur le web


 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.