Cancer du pancréas : Les Injections de vitamine C réduisent la toxicité de la radiothérapie tout en améliorant l’efficacité.


Etude scientifique, traduction Vévé

L’ascorbate pharmacologique réduit la toxicité tissulaire normale induite par le rayonnement et améliore la radiosensibilisation des tumeurs dans le cancer du pancréas.


 

La chimiothérapie est le pilier du traitement du cancer du pancréas local avancé et résécable à la limite de la résection.
L’ascorbate pharmacologique (P-AscH-, c.-à-d. perfusions intraveineuses d’acide ascorbique, vitamine C), mais non l’ascorbate oral, produit des concentrations plasmatiques élevées capables de cytotoxicité sélective pour les cellules tumorales.
À des doses atteignables chez l’homme, les injections de vitamine C diminuent la viabilité et la capacité proliférative du cancer du pancréas par un mécanisme induit par le peroxyde d’hydrogène (H2O2).
Dans cette étude, nous démontrons que la vitamine C en injections à hautes doses radiosensibilise les cellules cancéreuses pancréatiques mais inhibe les dommages radio-induits aux cellules normales.
Plus précisément, les diminutions radio-induites de la survie clonogène et les cassures d’ADN double brin dans les cellules tumorales, mais pas dans les cellules normales, ont été augmentées par l’acide ascorbique, tandis que les dommages intestinaux radio-induits, le dépôt de collagène et le stress oxydatif ont également diminué avec la vitamine C en intraveineuse dans les tissus sains.
Nous rendons également compte de notre premier essai de phase 1 chez l’humain qui a perfusé de l’ascorbate (vitamine c injectable) pendant la radiothérapie par ‘faisceau’.
Plus précisément, le traitement par injections de vitamine c a augmenté la survie globale médiane par rapport à notre moyenne institutionnelle (21,7 au lieu de 12,7 mois, p = 0,08) et l’essai E4201 (21,7 au lieu de 11,1 mois).
La survie sans progression chez les sujets traités par vitamine c à fortes doses était également supérieure à notre moyenne institutionnelle (13,7 au lieu de 4,6 mois, p < 0,05) et à l’étude E4201 (6,0 mois).
Les résultats indiquent que l’administration en intraveineuse de doses massives de vitamine C en association avec la gemcitabine et la radiothérapie pour l’adénocarcinome pancréatique localement avancé est sûr et bien toléré avec des signes d’efficacité.
En raison de l’ampleur de l’effet potentiel et de la toxicité minimale, nos résultats suggèrent que l’étude de l’efficacité des injections de vitamine c par intraveineuses est justifiée dans le cadre d’un essai clinique de phase 2.

Source ↓


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.