Menée pour déterminer la responsabilité des tampons hygiéniques dans les chocs toxiques, une étude lyonnaise alerte sur la dangerosité