Nourriture, produits d’entretiens, cosmétiques… Les perturbateurs endocriniens seraient potentiellement partout autour de nous. Dans une tribune publiée dans Le