Science: des injections de nanoparticules d’or pour soigner le cancer

.

Il est désormais possible d’éliminer les cellules cancéreuses en injectant des nanoparticules d’or dans l’organisme.

Celles-ci sont ensuite éclairées par un laser afin de leur permettre d’effectuer leur besogne.

Les essais cliniques se déroulant actuellement aux États-Unis semblent être encourageants.

.

Des chercheurs américains ont mis au point une technique innovante.

Celle-ci consiste à injecter directement les nanoparticules d’or dans le système sanguin du patient.

Près de cent fois plus petites que les cellules du corps, les nanoparticules d’or investissent l’espace et se concentrent de façon naturelle sur les tumeurs cancéreuses très fournies en vaisseaux sanguins par définition.

À ce niveau, leur capacité à entrer en résonance prend toute son utilité.

Voir aussi

Éclairées par un rayon lumineux, les nanoparticules d’or chauffent et détruisent les tumeurs cancéreuses, mais le processus est assez dangereux. Les nanoparticules sont inoffensives pour notre organisme, mais lorsque celles-ci chauffent, il faut se limiter scrupuleusement aux zones infectées.

.

Des essais cliniques sont en cours aux États-Unis chez des patients touchés par des cancers de la tête et du cou réfractaires aux traitements classiques, du poumon et de la prostate, avec la thérapie AuroLase (Nanospectra Bioscience).

Alternativement, les nanoparticules peuvent être utilisées non en tant qu’arme directe contre la tumeur, mais en tant que transporteur (on parle d’un vecteur) pour y libérer des molécules une fois arrivées à destination, par exemple des médicaments.

Cela nécessite un chauffage moins important. Cette vectorisation doit permettre de diminuer la toxicité des traitements en ciblant précisément les cellules cancéreuses.

.

Tumour growth of human prostate cancer tumours in mice. C, control; GNS, gold nanoshells; L, laser; S, sham treated. Reproduced with permission from Stern et al

Source

.

.
La stratégie du cheval de Troie

Il est possible d’augmenter la pénétration des nanoparticules d’or dans les tumeurs, au-delà du simple effet d’accumulation passive. On les rend plus fonctionnelles en les recouvrant de molécules (anticorps) qui vont spécifiquement se fixer sur les cellules cancéreuses, dont elles reconnaissent des protéines présentes sur leur membrane.

.

La photothermie pourrait devenir un standard de la lutte contre le cancer comme l’explique Le Point, en évoquant diverses variantes de la technique.

Il se pourrait que dans un avenir plus ou moins proche, la chimiothérapie et la radiothérapie (qui sont les traitements actuellement les plus utilisés) puissent être rejointes par la photothermie.

Avant cela, les chercheurs doivent mener d’autres études plus poussées afin de mieux connaître ses effets et de mesurer plus précisément les risques.

Sources

Voir aussi

 

Commentaires

  1. Annie Benetiere Répondre

    ça va être cher!

  2. Dave Nune Répondre

    L or colloïdal peu aidé aussi!!!

  3. Jean Claude Consales Répondre

    Je vais pisser des pepites

  4. Benoit Pomel Répondre

    Adepte du Gold Strike, je devrais être immunisé

  5. Samuel Evans Répondre

    Les nanoparticules peuvent être utilisées non en tant qu’arme directe contre la tumeur, mais en tant que transporteur (on parle d’un vecteur) pour y libérer des molécules une fois arrivées à destination, par exemple des médicaments. Le concept de “selectivity and slow release”

  6. Julien Lou Répondre

    Après l argent colloidal nous avons l ‘or ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *