La testostérone guérit le cancer; Les médecins stupéfiés de la découverte

Les médecins sont stupéfaits d’observer qu’un homme atteint d’un cancer de la prostate avancé semble avoir été guéri, après avoir «choqué» sa tumeur cancéreuse avec de fortes doses de testostérone.

.

Les résultats observés dans cette étude ont été considérés comme «inattendus» et «passionnants», et ce pour une bonne raison.

La plupart des thérapies contre le cancer de la prostate se concentrent majoritairement sur la privation des tumeurs de testostérone, parce que le cancer utilise l’hormone comme combustible; C’est pourquoi les résultats de cette étude sont si surprenants.

.

D’autres hommes gravement malades qui ont participé au même procédé ont présenté des résultats similaires et tout aussi impressionnants. Les scientifiques sont restés stupéfaits par le rétrécissement des tumeurs et par l’arrêt de la progression de la maladie.

.

La majorité des 47 participants de l’essai clinique ont également présenté des niveaux en baisse de l’antigène spécifique de la prostate (PSA), un marqueur sanguin utilisé pour surveiller le cancer de la prostate. Les chercheurs ont noté qu’un individu avait ses niveaux de PSA tomber à zéro après seulement trois mois de participation, et actuellement ne montre aucun vestige persistant de la maladie. Après 22 cycles de traitement, les scientifiques disent qu’il semble guéri.

.

Le professeur Sam Denmeade, professeur à l’École de médecine de l’Université Johns Hopkins à Baltimore, a déclaré: «Notre objectif est de choquer les cellules cancéreuses en les exposant rapidement à des niveaux très élevés suivis de très faibles taux de testostérone dans le sang. Les résultats sont inattendus et passionnants. « 

.

Denmeade dit qu’ils sont encore à un stade précoce pour comprendre comment fonctionne le traitement à base de testostérone et de déterminer comment ils peuvent incorporer ces méthodes dans le modèle de traitement typique pour le cancer de la prostate. Il dit que beaucoup d’hommes de l’étude ont maintenant une maladie stable qui n’a pas progressé en plus de 12 mois. Au début de la procédure, tous les patients avaient un cancer qui se répandait et était résistant au traitement, même avec deux des médicaments hormonaux les plus récents, l’abiraterone et l’enzalutamide.

.

Dans le protocole, les scientifiques ont traité les patients avec trois cycles de «bipolaire androgénothérapie» (BAT), qui nécessite des rotations d’inondation du corps avec la testostérone, puis la privant de l’hormone. La «phase d’inondation» est ce qui rend ce traitement si révolutionnaire; Pour les dernières décennies, le traitement standard pour les hommes atteints de cancer de la prostate avancé ou étalé impliquait de couper l’approvisionnement en testostérone ou d’obstruer d’une autre manière ses effets. Augmenter les niveaux de testostérone d’un homme atteint de cancer de la prostate était assimilé à verser de l’essence sur un feu.

.

Et pourtant, plusieurs tests en laboratoire ont révélé que des dosage avec des niveaux élevés de l’hormone peut effectivement avoir la capacité de supprimer ou même de tuer les cellules de cancer de la prostate. Des doses élevées de testostérone ont été administrées aux patients de l’essai tous les 28 jours. Ils ont également reçu des injections pour arrêter la production naturelle de l’hormone des testicules. Selon le professeur Denmeade, ils n’ont pas encore complètement déterminé comment le traitement a fonctionné. Il semblait impliquer la signalisation cellulaire et une partie du processus de division cellulaire; De grandes doses de testostérone semblaient également provoquer des ruptures dans l’ADN des cellules cancéreuses de la prostate. Les cellules cancéreuses ont cessé de se diviser et sont devenues «sénescentes». Denmeade dit que cela signifie qu’elles «deviennent comme des vieillards qui s’asseyent autour d’une table et racontent des histoires, mais ne font pas beaucoup de mal.»

.

LE CANCER DE LA PROSTATE

Le cancer de la prostate se situe au 1er rang des cancers chez l’homme, nettement devant les cancers du poumon et du côlon-rectum.
53 465 nouveaux cas estimés de cancer de la prostate en 2009 en France métropolitaine (56 841 nouveaux cas attendus pour 2012).
Taux d’incidence (standardisé monde) en 2009 = 99,4 pour 100 000 hommes.
8 876 décès par cancer de la prostate estimés en 2012 en France métropolitaine (8 950 décès en 2009).
Taux de mortalité (standardisé monde) en 2012 = 10,2 pour 100 000 hommes (11,3/100 000 en 2009).

Sources ↓

Telegraph.co.uk

Cancer.org

Commentaires

  1. Cédric Julien Répondre

    Vive le dopage muscu game

  2. John Incapaz de Ficarcalado Répondre

    on y arrive au sperme séché, on y arrive

  3. Anne TralalaTata Miroff Répondre

    Fais gaffe Vévé, je crois que TC en a parlé aussi

  4. Romain Répondre

    Merci pour cette info !

  5. Tara L'Indigo Répondre

    Cool ! Ravie de cette info 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *