La plante aux 1000 vertus -Sphaeranthus indicus Linn.- revue scientifique

Résumé

Sphaeranthus indicus Linn. (Asteraceae) est largement utilisé

dans le système ayurvédique de médecine pour traiter :

affections viciées d’épilepsie, maladie mentale, hémicranie, jaunisse, hépatopathie, diabète, lèpre, fièvre, pectorale, toux, gastropathie, hernie, hémorroïdes, helminthiases, dyspepsie, maladies de la peau.

Il existe des rapports fournissant des preuves scientifiques pour les activités :

hypotensives, anxiolytiques, neuroleptiques, hypolipidémiques, immunomodulatrices, antioxydantes, anti-inflammatoires, bronchodiatives, antihyperglycémiques et hépatoprotectives de cette plante.

Un large éventail de constituants phytochimiques

ont été isolés de cette plante, y compris :

les lactones de sesquiterpène, les eudesmenolides, les flavonoïdes et l’huile essentielle.

Un compte rendu complet de la morphologie, des constituants phytochimiques, des utilisations ethnobotaniques et des activités pharmacologiques rapportées est inclus dans cette revue pour explorer l’immense potentiel médical de cette plante.

Introduction

Les plantes médicinales ont été utilisées par l’humanité depuis des temps reculés. L’Ayurveda, le système traditionnel le plus ancien d’Inde, révèle que les Indiens anciens possédaient une connaissance approfondie de la valeur médicinale de différentes plantes.
L’Inde a été dotée d’une flore très riche en raison des variations extrêmes du climat et des conditions géographiques répandues dans le pays. Avec l’avènement de la science, bon nombre des médicaments bruts utilisés dans le système traditionnel ont été étudiés scientifiquement.
Sphaeranthus indicus Linn. Est une plante médicinale largement utilisée dans le système de médecine traditionnelle indienne pour guérir diverses affections. [1] Il pousse dans les rizières, les déchets secs et les terres cultivées dans les régions tropicales de l’Inde. Il est distribué dans toute l’Inde, Sri Lanka, en Afrique et en Australie du niveau de la mer à 1200 m d’altitude. [2] Synonymes de S. indicus Linn. Sphaeranthus hirtus Willd. Et Sphaeranthus mollis Roxb.

 

Parties utilisées :

Plantes entières, graines, fleurs et racines.

Préparations ayurvédiques :

Mundi Churna, mundi panchang swarasa, mundi kavatha. [4]

Activité pharmacologique

- Activité anxiolytique

- Activité neuroleptique

- Effet sédatif

- Activité immunomodulatrice

- Activité antioxydante

- Activité anti-inflammatoire

- Activité analgésique et antipyrétique

- Action de stabilisation des mastocytes

- Activité antihyperglycémique

- Activité hépatoprotective

- Maladie de la peau

- Activité antimicrobienne

- Activités antibactériennes et antifongiques

- Activité antivirale

- Action larvicide

- Activité Macrofilaricide

- Action nématocide

- Effet bronchodilatéral

- Activité antihyperlipidémique

- Effet renoprotecteur

- Activité divers

Conclusion

S. indicus Linn. Est largement distribué dans toute l’Inde.
La plante semble avoir un large éventail d’activités sur plusieurs problèmes.
Diverses parties de la plante ont été explorées pour l’activité anxiolytique, l’activité neuroleptique, l’activité immunomodulatrice, l’activité anti-inflammatoire, l’action stabilisatrice des mastocytes, l’activité antihyperglycémique, l’activité hépatoprotective, l’action larvicide, l’effet bronchodilatateur, l’activité antihyperlipidémique, l’effet renoprotecteur et de nombreuses autres activités diverses. .
Il est rapporté qu’il contient eudesmanoids, eudesmanolides, sesquiterpene lactone, sterol glycoside, flavonoïdes et huile essentielle.
Les études pharmacologiques rapportées dans cette revue confirment la valeur thérapeutique de S. indicus Linn. Cependant, moins d’informations sont disponibles concernant les propriétés cliniques, de toxicité et phytoanalytiques de cette plante.
Plusieurs études phytochimiques ont été signalées, mais elles doivent encore progresser. Avec la disponibilité de l’information primaire, d’autres études peuvent être menées comme une évaluation clinique, des études phytoanalytiques et une évaluation de la toxicité.
La plante est précliniquement évaluée dans une certaine mesure; Si ces affirmations sont scientifiquement évaluées cliniquement, elles peuvent fournir de bonnes remèdes et aider l’humanité dans diverses affections.

Source

Commentaires

  1. Cb LadyCoco Répondre

    Merci Wv pour le partage

  2. Alain Miralles Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *